dimanche 10 février 2008

L'Afrique mal aimée...

La pensée du jour :

"Il est possible qu'un croyant voie d'abord dans la transcendance le plus puissant moyen de sa communion. Il est certain que pour un agnostique, la question majeure de notre temps devient : peut-il exister une communion sans transcendance, et sinon sur quoi l'homme peut-il fonder ses valeurs humaines ? Sur quelle transcendance non révélée peut-il fonder sa communion ? J'entends de nouveau le murmure que j'entendais naguère : à quoi bon aller sur la lune, si c'est pour s'y suicider ?"

André MALRAUX

Quels sentiments - l'émotion, devant le poste, l'emporte toujours sur la réflexion - les images de N'Djamena dévastée peuvent-elles bien inspirer au téléspectateur européen ? Maisons éventrées, pillées, vandalisées ; cadavres jonchant les rues ; hommes hilares juchés sur leurs pick-ups, exhibant stupidement leurs armes automatiques : après l'insoutenable vision du génocide rwandais, les reportages lénifiants sur la reconversion des enfants-soldats du Liberia, les tueries ethniques du Kenya, celles du Darfour, c'est maintenant au Tchad d'alimenter en images désolantes la grande machine à "informer".
Quelle colère ! Quelle pitié !
Je me souviens d'autres images, de la détresse de ce médecin congolais luttant seul contre le sida dans son hôpital de brousse dénué de tout, avec pour seuls médicaments quelques cachets d'aspirine.
A qui imputer le crime ? A l'Occident rapace, Moloch insatiable qui s'est repu de la force de travail et du sang de l'homme noir, dilapide ses bois précieux et pille aujourd'hui son sous-sol ?
A l'Orient qui s'éveille, avide de matières premières pour alimenter son "développement", assoiffé d'or noir (la Chine, à ce qu'il paraît, est en train de prendre notre relève) ?
Ne serait-ce pas plutôt, au-delà des structures - économiques, politiques, culturelles - à l'Homme ? A son péché ?
Enregistrer un commentaire