mardi 8 avril 2008

Démocratie ou confusion ?


















Quel charivari autour de cette malheureuse flamme olympique ! C’est un peu comme si les démons de mai se réveillaient en avril…ou s’ébrouaient avant de se réveiller tout à fait ? Le spectacle des CRS dans les rues de Paris tentant, aussi maladroitement que brutalement, de maîtriser des manifestants en colère n’est pas sans rappeler des images vieilles de quarante ans…

Qu’une variante "démocratique" de la propagande (qui s’avance benoîtement « vêtue de probité candide et de lin blanc ») n’ait fait qu’attiser les braises des jours durant, et l’on s’étonnera que le foyer soudain s’embrase…Un pas en avant, deux pas en arrière : on s’avise tout à coup (autre point commun avec mai 68 - et retour du refoulé ?) que la « vraie » Chine n’est pas celle qu’on avait rêvée (certains revenants de mai 68 – qui en sont revenus ! mais pas « tels quels »…– ont un vieux compte à régler avec la Chine de leur jeunesse illusionnée…).

« Malignité du mal », dit Lévinas : la France de 2008, commercialement déficitaire, a besoin des contrats de cette même Chine qui foule aux pieds les droits de l’homme et dont on dénonçait (avec, d’ailleurs, toute l’arrogance de « sinologues » improvisés) le pouvoir abusif.

Mais qui peut se vanter d’avoir jamais « gouverné » la Chine, cette mosaïque démesurée, insaisissable, qu’aucun pouvoir central n’a jamais su embrasser dans sa totalité, encore moins maîtriser ?

Comme jamais, il est urgent de sortir des schémas tout faits, des idées reçues, des poncifs éculés pour inventer un nouveau monde (peut-être le « monde meilleur » de nos athlètes ?).

Enregistrer un commentaire