jeudi 15 mai 2008

Le silence














Quand s’avisera-t-on que l’une des causes principales de l’étourderie, de la superficialité, de l’irréflexion de nos contemporains n’est autre que le bruit ?

Partout le bruit : de l’inévitable tondeuse des pavillons de banlieue aux perceuses des bricoleurs du dimanche, des sonos ravageuses des « rave parties » au vacarme abrutissant des discothèques, des haut-parleurs criards des quinzaines commerciales aux musiques d’ambiance des supermarchés, des rugissements des « bécanes » gonflées aux grondements des avions par dessus nos têtes, des enceintes des cinémas aux téléviseurs beuglants des voisins sans gêne, sans oublier les autoradios « à donf », tout est fait pour détourner l’homme moderne de ce qui prédispose à la pensée, au recueillement : ce bien méconnu et devenu trop rare, cet aliment indispensable de l’âme qu’est le silence.
Car l’espace et le silence seront bientôt - s’ils ne le sont déjà - le luxe d’une infime minorité de privilégiés en ce siècle inégalitaire.

Que n’entendons-nous encore Pascal : « Il faut se tenir en silence autant qu’on peut, et ne s’entretenir que de Dieu, qu’on sait être la vérité » (Pensées) !
Enregistrer un commentaire