dimanche 14 septembre 2008

Le déjeuner sur l'herbe...



















Après quelques semaines de vacances, je reprends mon blog.

Dans l’avion qui me ramène en France, je lis cette anecdote, sous la plume de Caitlin Flanagan [1] :

« Lorsque j’étais en cinquième, dans les écoles publiques de Berkeley (les premières écoles publiques du pays à avoir pratiqué l’intégration sans y avoir été contraintes par un jugement du tribunal), on m’a enseigné – dans le cadre d’un cours sur l’Histoire des Noirs – que le mot « pique-nique » avait pour origine l’époque des parties de lynchage, qu’il s’agissait de l’abréviation de « se faire » [2] un « nègre » [3] et d’une allusion au panier de victuailles que les femmes blanches avaient coutume de confectionner à l’intention de leur famille afin qu’elle puisse déjeuner tout en profitant du spectacle [4]. » (C’est moi qui traduis)


L’étymologie est, bien sûr, fantaisiste, comme s’empresse de le souligner Caitlin Flanagan :

« Il se trouve que je mentionnai cette histoire à un universitaire ami de mes parents qui en bafouilla d’indignation : le mot venait du français « piquer » et n’avait absolument rien à voir avec la pratique américaine du lynchage [5]. » (C’est moi qui traduis)

...Mais elle est révélatrice de la gêne qu’éprouvent encore certains devant une candidature qui reste dérangeante en cette année 2008 et que trahissent des procédés quasi déloyaux (heureusement relevés et condamnés par la presse !) comme ce prétendu « lapsus » qui transforme curieusement Obama en Oussama, ou cet empressement mis soudain à désigner le candidat démocrate par son second prénom : Hussein…

Espérons que la campagne saura ramener les Américains aux vraies questions qui se posent à leur grand pays et qui, comme chacun le sait dans le monde globalisé d’aujourd’hui, nous concernent tous.

__________________________

[1] Revue ATLANTIC, septembre 2008, p. 106.

[2] En anglais, « pick » signifie « choisir, ramasser ».

[3] En anglais, le terme « nigger » revêt une connotation nettement péjorative.

[4] "When I was a fifth-grader in the Berkeley public schools (the first school system in the nation to integrate without a court order), I was taught – as part of a two-year course in Black History – that the word picnic had derived from the days of lynching parties, that it stood for « pick a nigger » and for the basket lunches that white women would pack for their families to eat while they enjoyed the spectacle."

[5] "I happened to mention this to one of my parents’academic friend, who sputtered in outrage – the word had originated from the French verb piquer and had nothing to do with American lynching."
Enregistrer un commentaire