lundi 13 octobre 2008

Indécence
















« Les pauvres, en effet, vous les aurez toujours avec vous ; mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »
Jean, 12, 8.
***

150 000 euros pour un déjeuner, 3 000 euros le couvert ! (Le Monde daté 12-13 octobre) Qui oserait imaginer un tel cynisme quand la faim, selon les statistiques de l’ONU, tue chaque année des millions d’êtres humains de par le monde?
Ce ne sont pas seulement les maîtres de la finance qu’il convient de stigmatiser, comme ne manquent pas de le faire les media toujours à la recherche de coupables qui nous exonéreraient de tout reproche, c’est notre inconscience et notre égoïsme d’hommes repus.

Citoyens responsables de nations démocratiques, nous avons, par notre vote, le pouvoir d’élire des dirigeants résolus à changer cette mauvaise donne et le devoir de leur fournir les moyens politiques d’y parvenir.

Si nous croyons à l’efficacité du politique, il reste que l’action la plus décidée, la mieux conçue, la plus rigoureusement exécutée ne saurait éradiquer au cœur de l’homme la soif de lucre ni l’avidité du gain.

Il ne nous reste qu’un seul chemin, celui qui nous mènerait à nous comprendre nous-mêmes et à nous laisser transformer de l’intérieur.