vendredi 8 mai 2009

Le prix de la liberté













A Saint-Saturnin d'Apt, un village perché dans les contreforts du Mont-Ventoux...un poète inconnu, disparu à présent, Albert Trouchet, secrétaire de la mairie, a écrit quelques vers pour les quatorze maquisards (dont une jeune femme) qui devaient être passés par les armes par les Allemands. Vers populaires, comme si l'âme du peuple retrouvait, pour ses martyrs, ses paysans, les mots les plus simples et les plus justes pour les graver dans la pierre...


Souvenons-nous c'est pour la France
Qu'ils ont choisi périls, efforts,
Qu'ils ont mis leurs vies en balance
Et que c'est pour nous qu'ils sont morts

Leur élèverons-nous un temple
D'or et d'argent digne des rois
Si nous oublions leur exemple
Ils mourront encore une fois.

Pierre SEGHERS, La Résistance et ses poètes, Paris, Seghers, 1974, p. 324.
Enregistrer un commentaire