dimanche 31 mai 2009

Pentecôte : l'espéranto de l'amour














 


 Le jour de la Pentecôte, un grand vacarme retentit dans un quartier de la ville. Les étrangers qui habitent Jérusalem accourent pour voir. Des disciples haranguent la foule; ô stupeur, ils parlent à chacun avec les mots de son enfance. Tous sont rejoints au plus intime d'eux-mêmes. Les Galiléens qui annoncent et les étrangers qui écoutent sont comme des amis de longue date! Il n'y a plus ni Juifs, ni Mèdes, ni Parthes... Il n'y a qu'une sainte et grande espérance humaine.
Pentecôte ! Chute des murailles et des divisions !
...
Les disciples, à Jérusalem, parlent notre première langue, celle qui se murmurait doucement autour de nos berceaux. Ecoutons : c'est l'espéranto de l'amour.

(Mai 1993)

France QUERE
, Le sel et le vent, Paris, Bayard, 1995, pp. 209-210.
Enregistrer un commentaire