dimanche 18 octobre 2009

La faim














Il est sans doute nécessaire, de temps à autre, de rappeler quelques évidences – et quelques faits – dans ce monde et à une époque où l’amnésie, l’inattention, le mépris du prochain, l’égoïsme du « chacun pour soi » restent souvent les seules réponses aux interpellations de notre temps.

Le constater, ce n’est en rien minimiser la valeur ni la portée de ce qui se fait grâce à des organisations internationales telles que l’UNICEF, l’OMS, la FAO ou le PAM, grâce à de nombreuses ONG (la plupart ne tombent pas sous le coup des récentes accusations de gaspillage ou de malversations), grâce aussi à la prise de conscience, à l’appui et à l’engagement personnel de beaucoup d’hommes et de femmes de bonne volonté.

Pousser un cri d’alarme, c’est ce que fait « Le Monde » dans son édition du 16 octobre en reprenant une dépêche de l’AFP qu’on ne m’en voudra pas de reproduire ci-dessous, puis, le lendemain, par le biais d’un éditorial intitulé « Vaincre la faim » [1]

On ose espérer que la mise en garde du quotidien français à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la faim sera entendue de nos dirigeants comme du grand public.


1, 5 million

Le nombre d’enfants qui meurent de diarrhée chaque année


La diarrhée est la deuxième cause de mortalité infantile, après la pneumonie, selon un rapport du Fonds des Nations Unies pour l’enfance et de l’Organisation mondiale de la santé, publié mercredi 14 octobre, à Genève. Elle provoque chaque année le décès de 1,5 million d’enfants de moins de 5 ans. Des traitements efficaces et peu coûteux existent, mais la diarrhée est une «maladie négligée tant par les pays donateurs que par les pays pauvres», indique le document. – (AFP).

__________________________________________

[1] Voir aussi, par exemple : http://www.planetemodedemploi.fr/Nourrir-le-monde,-vaincre-la-faim-de-Sylvie-Brunel_a137.html
Enregistrer un commentaire