vendredi 17 septembre 2010

La Vérité
















"La connaissance veut la vérité, et la vérité est unique et embrasse tout. Elle signifie que ce qui est apparaît à l'esprit à la clarté des données éternelles. Mais, pour en arriver là, l'esprit doit entrer en relation avec les différents domaines de l'être, selon leurs exigences spécifiques. Pour que j'accède à la connaissance de la vérité du vivant, je dois l'affronter dans une attitude d'esprit différente de celle qui convient aux choses inanimées. Si je veux saisir la vérité de l'esprit, je dois prendre une autre perspective que s'il s'agit de la vérité de la machine. La vérité ne resplendit que lorsque l'homme fait face à la réalité, à chaque fois selon l'exigence de cette réalité elle-même. Plus le réel est d'ordre élevé, plus se fait grande la revendication qu'il adresse à l'esprit qui l'appréhende, mais plus grande aussi est la tentation d'atténuer cette revendication en la ramenant au niveau des choses plus basses, pour se rendre ainsi plus aisée la tâche de l'esprit. C'est ainsi qu'il est fort séduisant de penser chimiquement ce qui est vivant ou de penser biologiquement l'esprit, car on ménage sa peine et l'on acquiert une apparence de rigueur scientifique; en vérité, on a péché par paresse d'esprit, on a fait violence à la conscience du savoir et perdu l'essentiel de l'objet. Cela vaut déjà à l'intérieur de toute pensée d'ordre naturel et de son objet, l'univers."

Romano GUARDINI, Les fins dernières, trad. fçse, Paris, Les éditions du Cerf, 1951, pp. 80-81.
Enregistrer un commentaire