samedi 23 octobre 2010

L'esprit des institutions de la Ve République



















"L'adhésion des Français, qui consitue la source du pouvoir, en constitue par là même les limites. Elu par le peuple sur le projet politique qu'il propose au pays, le président doit aussi consulter celui-ci lorsque des choix majeurs mettent en cause la souveraineté de la nation et les voies que celle-ci emprunte. Si l'adhésion fait défaut, si le peuple rejette les choix et la ligne tracée par le chef de l'Etat, si seulement il apparaît qu'il se détache de lui, celui-ci ne peut ni imposer ses desseins ni s'imposer lui-même sans violer le principe des institutions. Cette règle, au-delà du droit, relève de l'esprit, mais elle se situe au coeur de la Ve République.
(...)
Les lointains successeurs du Général semblent définitivement inaptes à comprendre, plus encore à imaginer, que telles sont les exigences du légitime pouvoir dans la démocratie."

Marie-France GARAUD, Impostures politiques, Paris, Plon, 2010, p.111.
Enregistrer un commentaire