dimanche 21 novembre 2010

La vie




















Homoparentalité, mères porteuses, fécondation post mortem, etc. Les nouvelles "libertés" qu'accorderait le législateur resteraient-elles sans conséquences pour l'enfant ?

"Le biologique qui aura été dénié dans ce qu'il impose exigera, tôt ou tard, d'en rendre compte. L'enfant et ses parents devant constituer trois termes distincts et ordonnés, tout ce qui pervertit cet ordre créera, à plus ou moins long terme, des perturbations certaines [1]."

Une question...
___________________

[1] Aldo NAOURI, Une place pour le père, Paris, Seuil, 1985, p. 86-87. Collect. "Points".
Enregistrer un commentaire