vendredi 4 mars 2011

Déclin ?













Les Français, peuple jadis réputé fin et spirituel, qui vit fleurir Descartes et Voltaire, Pascal et Montesquieu, et qui, au siècle dernier encore, nous donnait Proust et Valéry, Bernanos et Camus, ce peuple qu'on disait intelligent et raffiné n'est plus qu'une caricature de lui-même !

La médiocrité caractérisa les années 80, les années "fric". C'est l'imbécillité qui décrit le mieux le temps présent. L'imbécillité que distillent quotidiennement des médias tout acquis à la vulgarité, à la grossièreté satisfaite d'elle-même.
Ne voit-on pas, dans le même temps, les jugements, les assertions aussi simplistes que péremptoires, les contrevérités ressassées tenir lieu d'analyses, et les campagnes de dénigrement d'argumentation ?

Apparaissent de façon criante les vices d'une société qui, depuis des décennies, délaisse le champ de l'éducation (à ne pas confondre avec l'instruction !) et de la morale, en dépit d'appels répétés - mais parfois, hélas, purement formels - à l'éthique et à la responsabilité.

D'où le sursaut viendra-t-il ? Est-il encore temps de redresser la barre ? Le pays de Descartes et des Lumières se verra-t-il livré de manière irréversible au règne de la confusion ?

Ecoutons une fois encore la voix prémonitoire de Péguy :

"On ne saura jamais jusqu'où allait la décence et la justesse d'âme de ce peuple; une telle finesse, une telle culture profonde ne se retrouvera plus [1]."

__________________________

[1] Charles PEGUY, L'Argent in Oeuvres en prose, 1909-1914, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, p. 1049.
Enregistrer un commentaire