vendredi 22 avril 2011

Si tu ne me montres point ta face...













"Les nuages s'entassent sur les nuages ; il fait sombre. Amour ! ah pourquoi me laisses-tu dehors attendre tout seul à la porte ?
Dans l'affairement du travail de midi, je suis avec la foule ; mais par ce sombre jour solitaire je n'espère seulement que toi.
Si tu ne me montres point ta face, si tu me laisses complètement de côté, je ne sais pas comment je traverserai ces longues, ces pluvieuses heures.
Je reste à contempler le large obscurcissement du ciel et mon coeur plaintif rôde avec le vent sans repos."


Rabindranath TAGORE, L'Offrande lyrique, Paris, Gallimard, 1963, p. 46. Coll. "Poésie".
Enregistrer un commentaire