jeudi 28 juillet 2011

La foi

La pensée du jour :

"L'ordre normal de la foi est qu'on se donne totalement à ce qu'on affirme et qu'on y cherche appui sans se reprendre."

Maurice NEDONCELLE
, De la fidélité, Paris, Aubier, 1953, p.192.

dimanche 17 juillet 2011

De l'artiste et de la Beauté





















"On aurait une idée fausse de l'art si on le prenait pour une chose légère et facile, si l'on considérait les artistes comme des gens naturellement doués qui, au gré de leur inspiration, réalisent spontanément quelques oeuvres de valeur. Non, l'art est d'une exigence extrême: bien des oeuvres d'art comptent parmi les plus hautes réalisations de l'esprit humain. C'est pourquoi tant d'artistes sont morts jeunes, torturés par d'indicibles tourments et doutes. Dans l'extrême solitude au moment de la création, ils se mesurent non à l'aune de l'approbation humaine, mais à celle du divin. Outre les exigences techniques propres à chaque art, il y a à la base de toute grande oeuvre une vision profonde que possède l'artiste. Cette vision, il ne l'atteint qu'en ayant maîtrisé les données sensibles du monde extérieur, ainsi que les ressources cachées de son monde intérieur, y compris les pulsions les plus obscures. La vision sera d'autant plus profonde qu'elle se laissera éclairer par les souffrances que l'artiste aura subies dans la vie. C'est le mariage de ces deux lumières, extérieure et intérieure, conquises de haute lutte, qui donne une authentique valeur à la création artistique dont le propos n'est pas seulement de figurer mais de transfigurer. En elle, la nécessité et la liberté trouvent leur exact point d'équilibre. L'art, en son état suprême, est une parcelle de cette beauté à la fois charnelle et spirituelle de l'univers vivant révélée par une âme humaine."

François CHENG, Oeil ouvert et coeur battant, Comment envisager et dévisager la beauté, Paris, Desclée de Brouwer, 2011, pp. 45-46.

samedi 16 juillet 2011















Que répondre à Madame Eva Joly sinon, peut-être, et non sans tristesse, qu'elle méconnaît - naïveté ou dogmatisme ? - "ces pures évidences qui nous firent vivre et pour lesquelles moururent tant d'êtres toujours vivants en nous [1]."

________________________
[1] Pierre EMMANUEL, préface à "La liberté souffre violence" d'Elisabeth de MIRIBEL, Paris, Plon, 1981, p. 8.

lundi 4 juillet 2011

Independence Day




















"Falseness dies; injustice and oppression in the end of everything fade and vanish away. Greed, cruelty, selfishness, and inhumanity are short-lived; the individual suffers, but the race goes on. (...) The larger view always and through all shams, all wickednesses, discovers the Truth that will, in the end, prevail, and all things, surely, inevitably, resistlessly work together for good."

Frank NORRIS
, The Octopus, Cambridge Mass., The Riverside Press, Houghton Mifflin, 1958, p. 448.