mercredi 24 août 2011

Justice, vérité...




















"Ma vie importe à la vertu"
(André Chénier, Iambes)

Entendu hier un journaliste de France Inter parler sans sourciller de "subordination" (sic) de témoin à propos d'une énième péripétie de l'affaire Strauss-Kahn.

Dans le même temps, pas une radio, pas une télé (public et privé confondus dans le même empressement) qui ne rameute les "amis" de DSK pour un hommage ému à l'homme providentiel merveilleusement réhabilité...
Et chacun d'y aller de son couplet sur les extraordinaires, incontournables, indépassables talents du nouveau messie dont la France ne saurait, sous peine de disparaître dans la crise, se dispenser.

On devrait attendre et recevoir comme parole d'évangile le verdict qui doit bientôt tomber, nous dit-on, des lèvres du miraculé de New York.
Oublié l'étrange comportement de cet homme envers les femmes, dont ses défenseurs appointés admettront tout au plus, et comme à regret, qu'il fut "déplacé"...

La collusion entre le petit monde des médias, de la politique et de l'argent fut-elle jamais plus évidente ?

C'est avec nostalgie que l'on se souvient d'un autre journalisme, celui du "Combat" de Camus et d'Emmanuel d'Astier de la Vigerie, du "Monde" d'Hubert Beuve-Méry ou de l'"Express" de Jean-Jacques Servan-Schreiber et François Mauriac.
Enregistrer un commentaire