lundi 10 octobre 2011

Primaire...l'illusion lyrique ?





















Puisqu’on vous répète que les « lobbies » n’existent pas, que les sondages pluri-quotidiens n’ont d’autre objectif que d’informer le citoyen (et au grand jamais d’influer sur ses choix), que le respect du peuple souverain est la chose la mieux partagée chez nos « élites » politiques, économiques ou médiatiques.

Au terme d’une « primaire » célébrée à l’envi come une géniale invention et comme une avancée décisive de la démocratie (quand bien même elle n’aurait de commun que le nom avec son modèle prétendument inspiré de la démocratie en Amérique) nous allons assister aux inévitables tractations d’entre deux tours. En réalité, quand j’écris « assister », c’est une façon de parler : l’image furtive que nous offrit dimanche soir BFM TV, à travers la vitre d’un bureau, de l’ « état-major » hollandais planchant sur la stratégie à venir du « favori des sondages » en disait long sur le souci de ces messieurs de traduire en actes leur amour de la démocratie "participative"...

 Ces consultations entre camarades dévoués au seul bien du pays (aucun d’entre eux, on vous l’assure, n’a d’autre ambition que de redresser la nation) risquent bien d’accoucher - comme ce fut le cas durant des décennies à la SFIO puis au PS - d’un de ces textes programmatiques nègre-blanc, mi-chèvre mi-chou dont les congrès socialistes ont le secret : mariage de la carpe (sauce hollandaise…) et du lapin (montebourgeois).

On me trouvera bien pessimiste, mais je ne me fais guère d’illusion sur ce qu’il adviendrait de notre vieux pays si d’aventure il ne puisait pas, une fois de plus, dans ses profondeurs - comme il le fit à de si nombreuses reprises dans son Histoire et encore en 1940 - les ressources nécessaires au sursaut, à son salut.
Enregistrer un commentaire