mercredi 26 octobre 2011

Pour une histoire sociale de la philosophie


















"Le refus de la pensée de la genèse et, par dessus tout, de la pensée de la genèse de la pensée est sans doute un des principes majeurs de la résistance que les philosophes opposent, à peu près universellement, aux sciences sociales, surtout lorsqu'elles se hasardent à prendre pour objet l'institution philosophique et, du même coup, le philosophe lui-même, figure par excellence du "sujet", et lui refusent ainsi le statut d'exterritorialité sociale qu'il s'accorde, et dont il entend organiser la défense. L'histoire sociale de la philosophie, qui entend rapporter l'histoire des concepts ou des systèmes philosophiques à l'histoire sociale du champ philosophique, paraît nier dans son essence même un acte de pensée tenu pour irréductible aux circonstances contingentes et anecdotiques de son apparition.
(...)
Ainsi, l'ambition d'être à soi-même son propre fondement est inséparable du refus de prendre acte de la genèse empirique de cette ambition et, plus généralement, de la pensée et de ses catégories. Il est clair en effet que la résistance à l'historicisation s'enracine non seulement dans les habitudes de pensée de tout un corps, acquises et renforcées par l'apprentissage et l'exercice routiniers d'une pratique ritualisée, mais aussi dans les intérêts attachés à une position sociale."

Pierre BOURDIEU, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 2003, p. 66 et 71.
Enregistrer un commentaire