mardi 24 janvier 2012

Pierre Bourdieu et le pouvoir symbolique














"C'est la demi-science qui produit, dans le monde intellectuel, les révolutionnaires en chambre, qui reprochent, implicitement ou explicitement, aux gens ordinaires leur soumission à l'ordre établi, mais ne voient pas qu'ils font preuve eux-mêmes, dans le domaine où s'exerce leur propre activité, du conformisme le plus total à l'égard des exigences spécifiques et vues de l'extérieur, plus ou moins arbitraires qu'implique l'appartenance à un champ scolastique.
Une des façons dont la sociologie, telle que la comprend Bourdieu, contribue à faire la lumière ou, en tout cas, à nous donner plus de lumière est qu'elle nous fait découvrir non seulement plus de grandeur et plus de bassesse dans l'homme en général, mais également plus de grandeur dans le commun des hommes et plus de bassesse dans ceux qui sont les plus élevés, ce qui, à coup sûr, ne facilite pas son acceptation par les seconds."

Jacques BOUVERESSE, Pierre Bourdieu, Blaise Pascal et les demi-savants de la philosophie in "Le Monde" daté du mardi 24 janvier 2012.

mardi 17 janvier 2012

De l'amour


La pensée du jour :

"Deux mythes puissants nous ont fait croire que l'amour pouvait, devait se sublimer en création esthétique : le mythe socratique (aimer sert à "engendrer une multitude de beaux et magnifiques discours") et le mythe romantique (je produirai une oeuvre immortelle en écrivant ma passion)."


Roland BARTHES, Fragments d'un discours amoureux, Paris, Seuil, 1977, p. 113.

samedi 14 janvier 2012

Europe-Amérique




















"Les sociétés européennes sont nées du labeur de générations de paysans misérables. Elles ont souffert des siècles durant des habitudes guerrières de leurs classes dirigeantes. Elles n'ont découvert que tardivement la richesse et la paix. On peut en dire autant du Japon et de la plus grande partie des pays de l'Ancien Monde. Toutes ces sociétés conservent, dans une sorte de code génétique, une compréhension instinctive de la notion d'équilibre économique. Sur le plan de la morale pratique on y associe encore les notions de travail et de récompense, sur le plan comptable celles de production et de consommation.La société américaine est en revanche le produit récent d'une expérience coloniale très réussie mais non testée par le temps : elle s'est développée en trois siècles par l'importation sur un sol doté de ressources minérales immenses, très productif sur le plan agricole parce que vierge, d'une population déjà alphabétisée. L'Amérique n'a vraisemblablement pas compris que sa réussite résulte d'un processus d'exploitation et de dépense sans contrepartie de richesses qu'elle n'avait pas créées.(...)L'Amérique s'est toujours développée en épuisant ses sols, en gaspillant son pétrole, en cherchant à l'extérieur les hommes dont elle avait besoin pour travailler."


Emmanuel TODD, Après l'empire, Paris, Gallimard, 2002, p. 203-204.

vendredi 13 janvier 2012

La jeunesse, clé du développement
















"Au sud, la mondialisation a fait sortir de la pauvreté plus d'un milliard de personnes pour faire émerger une nouvelle classe moyenne, qui bénéficie de la réduction de près de 30% de l'écart de niveau de vie avec les pays développés depuis 1990. Jeune, urbaine, éduquée, ouverte sur le monde, elle constitue la clé du développement. Elle tolère de moins en moins les humiliations, les inégalités et les injustices propres aux régimes autoritaires et corrompus. Elle se fait de plus en plus critique devant l'absence d'Etat de droit et le contrôle de la population par les autorités. Elle a en tout cas ruiné le pseudo-consensus de Pékin qui postulait la supériorité des régimes autoritaires dans la conduite du développement. Internet et les réseaux sociaux, de l'Egypte à la Russie en passant par l'Iran, s'affirment comme le symbole de son émancipation et l'instrument de sa mobilisation.
Elle ne se sent pas davantage tenue par le contrat politique prétendant associer dictature, stabilité et développement, que par les valeurs d'un Occident qu'elle juge décadent."

Nicolas BAVEREZ, La lutte des classes moyennes in "Le Monde" daté Mardi 10 janvier 2012.






lundi 2 janvier 2012

La langue française




















"Il y a un rapport entre la langue et la pensée : on ne peut pas penser une chose clairement si on ne peut la dire clairement. Les mots nous aident à communiquer, à comprendre ce que dit l'autre, à nous faire comprendre. C'est la base de tous les rapports. La correction de la grammaire et le respect des nuances de sens entre les mots permettent d'éviter des malentendus. Je n'en démordrai pas : la langue est le moyen d'éviter la violence. Si on ne peut pas se faire comprendre, on passe aux coups. La fidélité à sa propre langue est aussi le signe même de la liberté et de l'indépendance. Par notre langue, nous pouvons répandre les idées qui sont les nôtres, nous affirmer. Pour un pays, l'usage de la langue signifie l'indépendance."

Jacqueline de ROMILLY, "Protéger le français, c'est essentiel" in Les grands entretiens de l'Express, Paris, Express Roularta Editions, 2011, p. 176.