samedi 19 juillet 2014

De la disparition



















"Sur toute disparition plane l'ombre de la mort. Les simples allées et venues des êtres animés nous épargnent à des degrés variables ces affres de l'angoisse du non-retour, du disparaître définitif. Il y a comme une grâce des choses qui "veulent" bien revenir ; mais il y a aussi la fantaisie des choses qui disparaissent et réapparaissent à leur gré : les clés de la maison ou de la voiture, par exemple... Dans le cas le plus favorable, celui des allées et venues familières - et souvent familiales -, la chaîne de l'apparaître, du disparaître et du réapparaître est si bien nouée qu'elle donne à l'identité perceptive un aspect d'assurance, voire de réassurance, à l'égard de la foi perceptive ; la distance temporelle, que la disparition étire et distend, est intégrée à l'identité par la grâce même de l'altérité. Echapper pour un temps à la continuité du regard fait de la réapparition du même un petit miracle."

Paul RICOEUR, Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004 et Gallimard, collection "folio essais", p. 110.
Enregistrer un commentaire