lundi 28 décembre 2015

Du téléphone portable




"Parce que la connexion permanente qu'offre le portable conjure la solitude sans encombrer de la présence de l'autre, elle autorise à ne jamais s'engager dans la relation. Communication lapidaire, simple mise en contact, possibilité d'interrompre l'échange à tout moment, et ce avec les meilleures raisons du monde (le passage sous un tunnel, les caprices du réseau, la limitation du forfait...), le portable n'est pas vraiment compromettant. Il satisfait cette obsession de "l'être avec", comme dit Bauman, sans inviter à la transformer en souci de "l'être-pour" où commenceraient le dialogue et la relation morale. Rester en contact en ménageant les distances, soulager du poids de la solitude sans installer un face-à-face, c'est la prouesse que le téléphone portable réduit à sa fonction première rend possible et qui explique, selon Zygmunt Bauman, l'échec commercial du "visiophone mobile" lequel, en permettant aux interlocuteurs de se voir et d'ajouter à l'échange les éléments toujours ambigus d'une communication non verbale, exigerait davantage de la mise en relation."

Jean-Michel BESNIER, L'homme simplifié, Paris, Fayard, 2012, p. 140.